Le “téléphone subventionné” est une géniale invention marketing des opérateurs de téléphonie mobile qui en retiraient de nombreux avantages :

  • Recrutement des clients qui pensaient obtenir un téléphone moins cher car subventionné
  • Fidélisation des clients par le système de points, incitant le client à repasser en boutique tous les deux ans.
  • Réengagement “camouflé” par le service client à l’occasion d’un appel des utilisateurs pour une question ou une assistance pour son mobile.
  • Augmentation du chiffre d’affaires. Les opérateurs sont les plus gros vendeurs de téléphones, le marché du téléphone nu hors opérateur est faible.

Le modèle « téléphone subventionné » se désagrège

Les utilisateurs ont maintenant compris que le téléphone n’était en fait subventionné par personne mais que c’était bien eux qui le payaient dans le montant mensuel de leur abonnement. En fait c’est une manière déguisée de vendre un téléphone à crédit, sans devoir mettre en place les formalités liées à un crédit à la consommation. Les utilisateurs ont compris aussi que les points fidélité ne servaient au final qu’à les réengager.

D’autre part le modèle de téléphone subventionné a le gros défaut de pousser à la consommation en proposant un changement de mobile tous les deux ans.
On trouve d’ailleurs de nombreux débats sur les forums où des internautes vantent le mérite de leur forfait très cher par le fait qu’ils disposent d’un téléphone dernier cri. C’est vrai qu’en société il est bon de se montrer avec le nouvel iPhone.

Une évolution de ce modèle de commercialisation des téléphones était dans l’air depuis quelques temps. Par exemple les petits MVNO, qui n’avaient pas la capacité à rivaliser avec les gros opérateurs sur la fourniture de mobile, se sont orientés vers des forfaits sans téléphone, et souvent aussi sans engagement. Mais c’est véritablement l’arrivée de Free avec son buzz associé qui a fait prendre conscience à une majorité d’utilisateurs qu’il y avait une manière plus intelligente et naturelle de concevoir sa téléphonie mobile :

  • un forfait sans engagement, on l’on peut changer quand on le souhaite d’opérateur
  • un téléphone aucunement lié au forfait qui laisse le libre choix de changer son mobile à son rythme, et pas nécessairement tous les deux ans.

Une bonne action pour l’environnement

Beaucoup de téléphones sont suffisamment robustes pour fonctionner bien plus que deux ans. La principale cause d’usure d’un téléphone est sa batterie qui a une durée de vie d’environ 1000 cycles de recharges. Pour celui qui a un téléphone basique, rechargé une fois par semaine, ces 1000 cycles lui procurent 10 ans d’utilisation avec la même batterie. Pour les possesseurs de Smartphones, le rechargement journalier ne donne  qu’environ 2,5 ans d’utilisation avec la même batterie. Cependant il suffit ensuite de changer la batterie pour donner une nouvelle vie à son Smartphone. Ce changement de batterie est extrêmement simple et peu onéreux sur bon nombre de Smartphones (hors Apple).

A part quelques consommateurs qui veulent rester en permanence à la pointe de la nouveauté, conserver son téléphone plus longtemps semble être le le souhait de plus en plus, avec à la clé des économies sur le budget téléphonie, et le sentiment de faire une bonne action pour l’environnement. En effet la téléphonie mobile est l’un des grands producteurs de déchets électroniques relativement polluant pour l’environnement (présence d’arsenic, de cadmium, de plomb,…) On peut d’ailleurs s’étonner que nos 3 opérateurs historiques engagés dans un discours officiel de développement durable, incitent au final leurs clients à produire toujours plus de déchets polluants.

Lors de l’audition du 30 novembre 2011 auprès de la commission de l’économie, du développement durable et de l’aménagement du territoire du Sénat, M. Jean-Ludovic Silicani, président de l’ARCEP déclarait :
« …. J’en arrive aux déchets de terminaux : quand, dès 2010, l’ARCEP a prôné la séparation entre offre de services et vente de terminaux, les opérateurs nous ont presque tous dit que cette idée n’avait aucun sens. Mais six mois plus tard, les premières offres de service sans terminal apparaissaient sur le marché ! Le découplage va permettre de réduire les achats de terminaux et, partant, la quantité de déchets. En outre, la France importe des terminaux pour un coût annuel de 3 milliards. Il ne serait pas négligeable de réduire cette facture de moitié. … »
Référence : http://www.arcep.fr/fileadmin/reprise/communiques/communiques/2011/Senat-com-affaires-economiques-cr-JLS-30112011.pdf

Et sur le terrain qu’en est-il ?

Afin de savoir si les utilisateurs conservent plus longtemps leur mobile, et n’acquièrent plus systématiquement un nouveau téléphone avec la souscription d’un abonnement, nous avons analysé les prises de forfaits chez les trois opérateurs historiques.

Orange, SFR, Bouygues ont chacun une marque (SOSH, B&YOU, RED) qui permet de souscrire à un forfait sans engagement mais aussi sans nécessairement acquérir un téléphone (chiffres deuxième quinzaine de janvier 2012)  :

marque taux d’acquisition d’un téléphone
en même temps que la souscription du forfait
B&YOU 13%
RED 15%
SOSH 37%

Les résultats montrent que le taux d’acquisition d’un téléphone avec un nouveau forfait est assez faible. SOSH avec 37%,  a un pourcentage un peu plus élevé que les autres opérateurs. Mais cela est probablement lié à son offre de mobiles aux prix très attractifs qui séduisent les clients (cf notre article les bons plans Smartphones chez SOSH ).

Mais le champion reste Free puisqu’il a à ce jour commercialisé environ 1 000 000 de forfaits (estimation) alors que sa boutique de téléphones n’était pas encore ouverte et ne devrait ouvrir qu’aujourd’hui le 24 janvier (cf notre article Les téléphones mobiles chez Free).

Même en ajoutant une dizaine de pourcent à ces chiffres pour tenir compte des consommateurs qui ont acheté leur téléphone nu hors opérateur, on peut donc estimer qu’un peu plus d’un utilisateur sur deux réutilise un téléphone existant lors de la souscription d’un nouveau forfait. Un vrai changement dans les habitudes de consommation est donc en marche, et la planète leur dit merci, et la balance commerciale française  aussi !!! En complément on devrait voir se développer un marché actif de l’occasion dans les prochaines années.

 

 

À lire aussi :

6 commentaires

  1. olivier dit :

    je ne dirais qu’une chose : enfin !

    ça sert à rien de changer son téléphone tant qu’il marche !!
    je dois être un extraterrestre , je suis même allé jusqu’à faire réparer un téléphone pour prolonger sa durée de vie (réparation qui m’a couté 40 € pour un téléphone acheté 1€ )
    mais bon 41 € pour un smartphone (dépassé maintenant certes!) ça reste raisonnable, surtout que des sites de reprise de téléphone me le reprendrais plus de 30 € si je le souhaitais

    Par contre ce n’est pas encore trés simple dans les boutiques :les prix du téléphone nu n’est que rarement affiché!
    Je pense que ce nouveau mode de consommation va faire aussi finir par faire baisser le prix des téléphones

  2. jacswr dit :

    Excellent article qui dit bien les choses. Je pense que le marché des téléphones dits nus va se développer et que la concurrence fera baisser les prix.
    Pour les incrédules, il suffit de faire le calcul. Votre forfait actuel avec mobile X par 24 mois. Vous soustrayez 24 mois de forfait Free (479,76 euros=19,99×24) et vous obtenez le prix que les 3 “gros” vous font payer pour votre téléphone. C’est édifiant avec ou sans offre de remise et prix promo …

  3. mohammed dit :

    Bonjour,
    votre article est un peu faux car si on regarde de plus prêt avant on avait une seule facture pour téléphone et forfait et selon ce site qui m’a fait bien économisé il est plus intéressant de corréler les deux : http://nonsurtaxe.com/blog/2010/12/c2-calculer-le-cout-global-des-depenses-telephoniques/ (système de calcul que vous avez repris dans votre super comparateur) avec la subvention.
    De plus si on achète les mobiles sur http://mobile.free.fr/mobiles.html c’est super cher car il faut soit payer d’un coup soit prendre un crédit… donc on est poussé à consommer.
    Enfin je trouve que avant on avait le droit à des mois d’abonnement offert et maintenant il n y a plus de marges de négocitaition … et plus de service !

    • Bonjour Mohammed

      Nous n’avons pas repris le système de calcul que vous citez. L’idée de calculer un coût global est naturelle, et c’est pour cela que nous l’avons intégré. La difficulté pour la mise en oeuvre est le nombre de données qu’il faut traiter pour produire un résultat simple pour l’utilisateur.

      Les mobiles sur Free ne sont pas super cher, voir éventuellement notre article sur le sujet. Les autres opérateurs mettent le focus sur l’Iphone pour faire valoir leurs offres et laisser à penser qu’ils sont moins chers que Free. C’est de bonne guerre. Chez Free l’approche reste transparente…vous ne voulez pas le téléphone chez eux, vous pouvez l’acheter ailleurs. D’un autre côté, il est clair qu’Orange qui vend des millions de téléphone a de meilleures conditions de gros chez Apple, que celles de Free qui pour l’instant n’a vendu aucun téléphone.

      Les mois offerts et autres cadeau par les opérateurs montrent très bien que les opérateurs avaient des marges de manœuvre commerciale très importantes. L’avantage est quand même que Free a créé une petite révolution dans ce monde. Même si vous restez chez votre opérateur actuel vous le regarderez plus du même oeil, et lui non plus : il vous fera un prix attractif sachant que maintenant il y a une vraie concurrence, et non plus une entente tacite entre les trois opérateurs historiques.

  4. 44444 dit :

    c’est une bonne mais egalement une mauvaise chose en effet la proposition de smartphones de nouvelles generatiion proposé a des prix tres interessants encore sous garantie sur des sites d’annonces risque de se reduire car on peut douter que ceux qui auront acquis leur smartphone a plein pot le revendre a 60% du prix au bout de 6 mois comme c’est le cas aujourd’hui….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *