Ces derniers jours, par buzz interposé, beaucoup de choses concernant le réseau de téléphonie mobile Free ont circulé : il n’était pas allumé, des huissiers étaient en train de vérifier son non fonctionnement, les antennes étaient reliées par des bricolages à base de vieilles Freebox… bref tout était bon pour discréditer Free. Nous vous proposons donc dans ce billet de faire une petit point sur le réseau Free.

Le réseau Free est-il allumé ?

Réseau Téléphonie Mobile Free Allumé“Notre réseau est ouvert, allumé depuis le premier jour et il fonctionne de manière significative”, a affirmé M. Niel lors de son audition mercredi 25/01/2012 par la commission des Affaires économiques de l’Assemblée nationale. Xavier Niel a souligné que le réseau Free couvre les villes moyennes et qu’il “laissait passer une part significative du trafic” des abonnés à la téléphone mobile chez Free.

D’autre part, divers outils accessibles à tous permettent de voir que le réseau Free est bien allumé et utilisé. Nous ferons un point sur quelques-uns de ces outils à la fin de ce billet.

Le réseau Free couvre-t-il 27 % de la population ? (Mise à jour du 28-01-2012)

Dès le 10 novembre 2011 Free avait informé l’ARCEP de l’atteinte de ses engagements de couverture. L’ARCEP a donc procédé à des contrôles au travers d’une campagne de plus de 10 000 mesures sur le terrain menée en novembre et décembre 2011. Le 13 décembre 2011 l’ARCEP valide que Free a bien atteint le niveau de déploiement 3G qu’il devait atteindre au plus tard à l’échéance du 12 janvier 2012.

Cependant Free bouscule le monopole des 3 opérateurs, et cela dérange et suscite des polémiques. Ainsi une demande d’enquête a été déposée par les syndicats CFE-CGC et UNSA des opérateurs de télécommunications qui accusent Free d’être en situation de manquement permanent à ses obligations de couverture.
De même Éric Besson ministre de l’Industrie et de l’économie numérique a demandé officiellement à l’ARCEP de vérifier que le réseau de Free couvre 27% de la population, conformément aux engagements de sa licence.

Dans un communiqué de presse du 27 janvier 2012 l’ARCEP indique :
« A ce jour, en revanche, aucun opérateur n’a saisi l’ARCEP et aucun élément concret n’a été porté à la connaissance de l’Autorité à l’appui des faits allégués par les médias et repris par le courrier des syndicats. Toutefois, dans un souci de transparence et de sérénité, l’ARCEP a estimé utile de demander à la société Free Mobile d’actualiser les informations relatives à l’état de son réseau, incluant notamment une liste des sites installés, des sites effectivement activés, et des motifs qui auraient pu la conduire, le cas échéant, à l’extinction de certaines stations de son réseau. »

Dans ce communiqué l’ARCEP rappelle aussi les autres opérateurs Orange, SFR et Bouygues Telecom n’avaient pas respecté leur calendrier de déploiement de la 3G, et que l’ARCEP avait alors toléré cet état de fait en raison des difficultés techniques et économiques invoquées par les opérateurs.

Maxime Lombardini, directeur général d’Iliad, maison mère de Free se dit satisfait de cette enquête de l’ARCEP. Il indique “Il était temps qu’on sorte de cette polémique qui a été allumée par certains de nos concurrents“.

voir le communiqué de presse de l’ARCEP

2G ou 3G

Free déploie un réseau 3G/3G+ (UMTS et HSPA) qui supporte voix, SMS et données. En revanche, les antennes déployées par Free ne supportent pas la norme 2G(GSM). Il ne sera donc pas possible de s’y connecter avec des téléphones 2G comme les téléphones d’entrée de gamme, ainsi qu’avec des Smartphones d’il y a quelques années qui ne disposaient alors que de la 2G. Dans ces cas le téléphone se connectera automatiquement à une antenne du réseau Orange en 2G. Le prix de votre forfait ne changera pas selon que vous soyez en 2G, ou en 3G, ou que vous soyez connecté à un instant à une antenne Free ou à une antenne Orange. Dans tous les cas le téléphone affichera comme opérateur « Free ».

C’est un accord d’itinérance 2G et 3G/3G+ qui permet à Free d’utiliser le réseau Orange comme le ferait un MVNO. Cet accord est conclu pour 6 ans c’est-à-dire jusque début 2018. A cette date, Free devrait avoir déployé une grande partie de son réseau et le contrat commercial ne sera probablement pas renouvelé. On en déduit donc que l’utilisation d’un téléphone 2G avec un forfait Free deviendra impossible à partir de 2018 faute d’antenne 2G chez Free, et d’itinérance avec Orange. Si au premier abord ce point peut paraître gênant ; il y a de fortes chances que les téléphones supportant uniquement la 2G aient complètement disparu de la commercialisation dans 6 ans, et qu’à cette date les téléphones d’entrée de gamme supporteront à minima la norme 3G.

Les antennes

Antennes 3G pour téléphonie mobileFree a déployé à ce jour environ 1000 antennes, cela couvre au moins 27% de la population, loin de couvrir l’ensemble du territoire. Quand il n’y a pas d’antenne Free à proximité, ou si son signal est trop faible, une antenne Orange sera utilisée.
Free a prévu de continuer à déployer son réseau d’antennes pour avoir une couverture de 90% de la population en 2018, il y aurait d’ores et déjà 5000 antennes en commande.

Ce sont actuellement beaucoup de villes moyennes qui sont couvertes par les antennes Free, la ville de Paris est assez mal couverte à ce jour du fait de la lenteur de certaines autorisations nécessaires.

La détection des antennes

détection des antennes téléphonie mobileAvec un téléphone 2G ou un téléphone 3G configuré uniquement pour recevoir le 2G, il est impossible de détecter les antennes du réseau Free qui émettent uniquement en 3G.

Le nombre d’antennes Free étant pour l’instant assez faible, il est parfois difficile d’en détecter une dans son environnement, d’autant plus que les antennes qui servent à la 3G de par leur mécanisme de gestion de la charge sont soumises à un phénomène connu sous l’appellation « respiration des cellules » : plus le nombre d’utilisateurs et plus la charge en trafic de l’antenne sont importants, plus le rayon d’action de l’antenne diminue. Ce phénomène n’est pas propre à Free mais à tous les systèmes de 3G. Ce qui veut dire qu’une antenne « à vide » détectable par exemple à 2000m, ne pourra plus l’être à partir de 1200m dans le cas d’un trafic très important.

Cette respiration des cellules a peut être amené certaines personnes un peu trop éloignées d’une antenne Free, à conclure que le réseau Free n’était plus allumé, car avant le lancement de l’offre, ils détectaient les antennes Free alors que ce n’était plus le cas dès que celles-ci ont commencé à être utilisées.

Les zones blanches

Téléphonie Mobile : Zone blancheCertaines zones du territoire ne sont pas couvertes par des antennes, l’accès à la téléphonie mobile n’est donc pas disponible. On appelle ces zones des zones blanches. Il s’agit souvent des zones les moins densément peuplées (zones rurales), pour lesquels les opérateurs n’ont pas investi dans les équipements nécessaires, car cela n’est pas rentable.

Une convention entre l’Etat, l’ARCEP et les opérateurs, signée en 2002, prévoyait la couverture de ces zones blanches en mutualisant leurs antennes et en autorisant une itinérance entre eux sur ces zones. Certaines zones sont déjà couvertes, et d’autres sont en cours de couverture, Free en tant que 4ème opérateur s’est d’ailleurs engagé à participer à l’effort de couverture des zones blanches notamment en 3G.

A ce jour les zones blanches couvertes par une antenne mutualisée apparaissent sous un nom de réseau F-CONTACT (ou encore F-13) . L’antenne associée à ce réseau F-CONTACT a pu être installée par Orange, SFR, ou Bouygyes Telecom, mais l’utilisateur peut l’utiliser quelque soit l’opérateur auquel il a souscrit. Cependant le réseau F-Contact est essentiellement en 2G. Free ayant qu’un accord d’itinérance 2G qu’avec Orange, il sera possible à un utilisateur Free d’utiliser le réseau F-Contact que si l’antenne est une antenne Orange. Si l’antenne du réseau F-CONTACt a été installé par BT ou SFR il ne sera pas possible pour l’instant à un abonné FREE de l’utiliser, donc pas possible de téléphoner. A ce jour Orange couvre au moins 1/3 des zones blanches répertoriées.

Si vous habitez ou circulez fréquemment dans une zone blanche non couverte par une antenne Orange, il vaudrait mieux ne pas souscrire pour l’instant chez Free.

L’accès au réseau FreeWifi

L’offre illimitée à 19,99€/mois inclut la possibilité de se connecter aux hotspots FreeWifi. La connexion peut être automatisée grâce au protocole EAP-SIM qui va chercher les paramètres de connexion dans la SIM, et effectue une auto-connexion sécurisée au hotspot le plus proche.

Si ce protocole est implémenté dans certains mobiles comme chez Nokia ou Apple, le problème se pose pour les terminaux Android qui n’en disposent pas en standard. Free devrait fournir sur les terminaux Android une « surcouche opérateur » implémentant ce protocole EAP-SIM.
Si votre téléphone n’est pas compatible, EAP-SIM vous pourrez quand même vous connecter en saisissant manuellement l’identifiant et le mot de passe.Une mise à jour automatique  du firmware des FreeBox est nécessaire pour supporter du côté hotspot le protocole EAP-SIM.

Cette solution EAP-SIM devrait être mise en œuvre rapidement par Free, car même si la connexion à un hotspot Freewifi n’est pas prévue pour faire des appels téléphoniques (sauf à utiliser un logiciel complémentaire comme Skype), tous les autres échanges de données comme l’email, la navigation, les flux d’informations qui pourront emprunter les réseaux FreeWifi soulageront d’autant le réseau 3G/3G+, et réduiront aussi la facture de Free à Orange concernant l’itinérance de données 3G.

Utilitaire sur votre téléphone

Afin de vérifier la présence d’antennes, et sur quelle antenne vous êtes actuellement attaché, vous pouvez télécharger à partir des « markets » de votre smartphone divers utilitaires qui vous donneront ces informations.

Par exemple sur le market Android, on trouve le « GSM Signal Monitoring » qui vous donne des informations sur l’antenne sur laquelle vous êtes connecté, si elle supporte du 3G, 3G+, …ainsi que son numéro. Le logiciel trace aussi un graphe avec le niveau de signal et le changement d’antenne (attention cette application semble ne pas fonctionner sur Samsung Galaxy SII, ou Samsung Galaxy Note, mais d’autres existent applications telles “network Info II” ou encore “Opensignal”). Sur le market Android on trouve aussi des applications qui indique directement dans la barre de notification l’antenne sur laquelle vous êtes attaché : “Antenne FreeMobile” ou “Freenge”.

Voir la présence du réseau Free

Pour les incrédules qui penseraient que le réseau Free est vraiment éteint, nous vous invitons à aller sur le site de Sensorly.

Cette société indépendante des opérateurs fournit des informations de couverture à partir de remontées des téléphones des utilisateurs. Il suffit de télécharger l’application Sensorly sur le market Android, celle-ci mémorisera les antennes sur lesquelles le téléphone se connecte tout au long de la journée, et enverra ces informations aux serveurs Sensorly. A partir de ces informations Sensorly établit une carte de couverture. Sensorly distingue pour Free deux modes de visualisation : avec itinérance Orange ou sans l’itinérance Orange.

Comme vous le verrez, la couverture Free semble faible mais elle est bien présente. Cette couverture Free est uniquement calculée par les abonnés au réseau Free qui ont téléchargé l’application Sensorly. Sensorly considère que son application a été téléchargée par environ 30 000 personnes en France. L’offre Free étant en cours de démarrage, seule une poignée d’utilisateurs remonte actuellement des informations, ce qui explique le faible nombre de points d’accès. Mais il sera intéressant de vérifier l’évolution de la couverture et notamment celle de Free sans itinérance.

Cette application est indiquée à titre uniquement illustratif, n’interprétez pas trop vite les résultats. En effet tant que la carte Free avec itinérance ne ressemble pas à celle d’Orange, cela veut dire qu’il n’y a pas encore assez d’utilisateurs abonnés à Free qui utilisent cette application et que les données visualisées sont par construction incomplètes.

Conclusion

Nul doute que le réseau Free est en cours de déploiement, avec des couacs techniques qui se produisent et se produiront dans les premiers temps de l’exploitation (impossibilité d’envoyer des MMS vers Bouygues Telecom, problème de connexion au réseau F-Contact, transmission de certains SMS extrêmement longue, pas d’accès dans le métro parisien …) .

Mais au moins pour la partie antennes, avec Free c’est un peu « ceinture et bretelles », si les antennes Free ne sont pas opérationnelles, celles d’Orange sont là pour prendre la relève automatiquement et de manière transparente pour l’utilisateur. De même, avec ce double réseau d’antennes, Free devrait être sans conteste l’opérateur qui assure la meilleure couverture française au moins pendant 6 ans (jusque la fin de l’itinérance avec Orange).

La meilleure couverture, des offres commerciales alléchantes, il ne reste plus qu’à savoir si Free sera à la hauteur pour les autres activités d’un opérateur, comme la gestion des échanges de données interne au réseau (par exemple le transport des appels, SMS, MMS données) , ainsi bien sûr que la gestion des clients : console en ligne, support, facturation …

À lire aussi :

6 commentaires

  1. jacswr dit :

    Et la preuve est également faite du mauvais procès engagé par les 3 à Free avec envoi d’huissiers, “convocation” de X. Niel à l’Assemblée pour explications, actions de leurs syndicats et donc concurrence déloyale …. Les 3 avaient déjà beaucoup perdu en crédibilité en baissant notoirement leurs forfaits dans les 48h suivant l’annonce des tarifs de Free, là il en va simplement de leur honnêteté. Encore engagé pour peu avec l’un des 3 et ayant déjà reçu une SIM2€ qui fonctionne parfaitement en campagne, mon choix est fait …

  2. franchouillard dit :

    Meme si Free n’a pas pour l’instant le meilleur réseau, le meilleur service commercial, il n’en reste pas moins que M. NIEL a eu raison sur un point, les “3 petits cochons” se sont bien gavés sur notre dos!!!! Maintenant que la mangeoire est de l’autre coté de la barrière, ils se tapent dessus comme des fous pour récupérer quelques miettes. Pour preuve 3 exemples : le premier est le discours du PDG de sfr qui en plus de taper sur le petit nouveau Free, mord la patte de son compagnon Orange qui lui a encore a mangé. Le second exemple est celui d’un collègue qui a appelé Bouygues pour savoir ce qu’ils comptaient faire sans vouloir changé d’opérateur mais juste pour réduire sa facture; résultat il reçoit 1 email lors de son appel lui “demandant de lire ceci avant de résilier”( tel quel dans l’email) résultat bouyg lui facture des frais pour rupture de contrat et lui fait 1 remise pour aller chez b&you. Enfin le troisième exemple est le fait que dans les zones mutualisées gérées par SFR et Bouyg (F-contact) il n’est pas possible d’avoir un réseau Free meme en itinérance , serait ce un dernier sursaut désespéré? J’espère que la mamie du cantal fera comme moi, qu’elle laissera les 3 petits cochons se mordre la queue et qu’elle ira voir le grand méchant Freeloup!!!!

  3. mkz dit :

    Franchement, qui peut croire une seule seconde que les antennes sont débranchées ?
    Le business model de Free est le même que pour la fibre et l’ADSL : posséder son réseau en propre pour ne pas à avoir à payer des teraoctets de datas à une entreprise concurrente.
    Je veux bien entendre que tout n’est pas au point, car un lancement aussi important ne peut échapper à des couacs techniques, mais de là à annoncer que le réseau de Free est éteind O_o

    Une spécificité cependant, c’est Paris, et tout particulièrement l’Est parisien, car la Mairie de Paris a bloqué la mise en place de nouvelles antennes sur les bâtiments dont elle a la gestion (bâtiments publics, HLM…) et ce depuis octobre 2011… Espérons que la situation va se débloquer.

  4. Yo dit :

    L’idée de cartographie par Sensorly est excellente. Par contre sur mon portable tout est détecté comme réseau Free alors qu’avec Antenne FreeMobile c’est du réseau Orange. Donc la carte est fausse. Dommage.

    • JM dit :

      Le téléphone sait différencier si c’est un réseau Free ou un réseau Orange : les identifiants des réseaux sont différents. Par contre c’est à partir d’informations dans la carte SIM que le téléphone affiche le nom “Commercial” du réseau. Donc quand on a une carte SIM le nom affiché est toujours “Free” que l’on soit connecté à une antenne orange ou Free.

      Dans le cas de Sensorly c’est l’identifiant du réseau qui est envoyé par le logiciel qui s’exécute sur le téléphone. Donc la carte de Sensorly distingue bien les antennes Free, des antennes Orange. D’ailleurs leur interface Web permet de voir que la couverture “antenne Free” est assez faible mais existante. En se ballandant avec le zoom adéquat sur toute la France il est très facile de voir toutes les villes qui ont des antennes Free actives

  5. seboune dit :

    @ Yo : pour “Sensorly”, c’est normal car il y à 2 réseaux pour free, le premier est nommé “Free (sans itinerance) – 2G-3G” qui correspond aux antennes FREE 3G uniquement et le second est nommé “Free – 2G-3G” qui correspond aux réseau free utilisé (en itinérance ORANGE) .
    De plus cette application est basé sur les relevés fait par ceux qui l’utilise CORRECTEMENT.
    Moi je l’utilise lors de mes déplacement, et cela ENREGISTRE la réception du réseau auquel je l’ai configurée. c’est donc pour cette raison que la plupart du temps les indications du réseau se situe sur une route, mais cela ne veux pas dire qu’il n’y à pas de réseau à un endroit donné, surtout si personne n’a utilisé l’application.
    Résumé: si personne l’utilise = personne ne sait si à tel endroit, il y à tel ou tel réseau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *