Une facture salée au retour de vacances, c’était la hantise de tous ceux qui emportaient leur mobile en vacances à l’étranger. Depuis quelques temps, les choses se sont améliorées notamment pour les déplacements en Europe : usage de roaming inclus pour certains forfaits, Eurotarif, blocage en cas de dépassement de hors forfait,… mais il reste encore de nombreuses situations où le hors-forfait peut exploser. Ce billet est l’occasion de faire le point sur tout ce qu’il faut savoir pour utiliser son mobile en déplacement à l’étranger, et éviter les mauvaises surprises.

 

Sommaire des points

Qu’est-ce que le roaming ?

logoroamingLe roaming (itinérance en français) est  la possibilité de pouvoir utiliser son mobile sur le réseau d’un autre opérateur que le sien.  A l’étranger, c’est le roaming international, particulièrement utile pour continuer à utiliser son mobile en déplacement ou en vacances.  Cependant, ce roaming peut introduire un montant hors forfait important, et il est donc impératif d’être clair sur les conditions dans les pays dans lesquels on se rend.

Qu’est-ce qui est facturable à l’étranger ?

A l’étranger, l’opérateur sur lequel on est en roaming fait payer l’usage de son réseau.

Hormis la réception d’un SMS généralement gratuite, toutes les autres usages  sont facturables :

  • Emission d’un appel local au pays, vers la France, ou vers un autre pays
  • Réception d’un appel (ce qui change de la France où le consommateur est habitué à ne pas payer la réception d’appel)
  • Emission d’un SMS
  • Emission et réception d’un MMS
  • Connexion à l’internet (data)

Il existe des forfaits incluant certains de ces usages de roaming en standard dans leur  prix de base. Dans les autres cas les frais roaming sont facturés en hors forfait.

 

Les forfaits incluant du roaming sont-ils tous équivalents ?

RoamingCertains  forfaits  « premium » des opérateurs proposent des usages en roaming dans leur prix de base  et donc non facturés en hors-forfait. Cependant il faut regarder avec précautions les conditions, car même avec le roaming inclus, on s’expose à du hors forfait. En particulier, il faudra être vigilant sur les points suivants :

Pays de destination : est-il inclus dans la liste des pays bénéficiant du roaming inclus. Attention aux diverses appellations Union Européenne, Europe, Zone Europe qui pour beaucoup de consommateurs  sont équivalentes, mais qui peuvent conduire à des surprises dans certains pays comme la suisse (cf. le paragraphe ci-dessous).

Usages inclus : suivant les forfaits, tous les usages  ne sont pas inclus dans un forfait faisant mention de roaming inclus. Certains forfaits incluent par exemple les SMS  et la data mais n’incluent pas l’émission ou la réception d’appels téléphoniques.

Quota : les forfaits proposant du roaming inclus sont rarement illimités, il y a souvent un quota : nombre d’heures d’appels, volume de data Internet, etc. Au-delà du quotan, on retrouve une facturation en hors forfait.

Période/durée : certains forfaits incluant du roaming restreignent celui-ci à un nombre de jours par an. Une fois ce nombre de jour dépassé, on sera facturé en hors forfait. Il faut faire attention aussi à la manière dont est décomptée une journée : ainsi certains forfaits comptent une journée dès lors que l’on a commencé sa période d’utilisation qu’il y ait eu utilisation du mobile ou non, alors que d’autres forfaits ne décomptent la journée que s’il y a eu une réelle utilisation du mobile sur le réseau en roaming (appels, sms, data)

L’Eurotarif

EurotarifLes clients des opérateurs mobiles français, qu’ils soient des particuliers ou des entreprises, bénéficient d’un tarif régulé lorsqu’ils utilisent leur téléphone mobile lors de leurs déplacements dans un autre pays de l’Espace économique européen (EEE : soit les 28 Etats membres de l’Union européenne + Islande, Liechtenstein et Norvège). Ce tarif régulé s’appelle l’Eurotarif. Il couvre :

– les communications vocales passées à destination de n’importe quel pays de l’EEE, ainsi que celles reçues;

– l’envoi de SMS à destination de n’importe quel pays de l’EEE ;

– leur connexion à l’internet mobile.

L’Eurotarif  fixe le prix maximum qu’un opérateur peut imposer pour l’un des pays de l’EEE pour la facturation.

(hors TVA) A partir du 30 avril 2016
(montant maximal des frais supplémentaires)
A partir du 15 juin 2017
Appels passés (min) Tarif national + 0,05 € Tarif national (pas de frais supplémentaires pour l’itinérance), dans la limite d’un usage raisonnable
Appels reçus (min) Tarif national + 0,014 €  Tarif national (pas de frais supplémentaires pour l’itinérance), dans la limite d’un usage raisonnable
Messages envoyés (SMS) Tarif national + 0,02 €  Tarif national (pas de frais supplémentaires pour l’itinérance), dans la limite d’un usage raisonnable
Internet (Mo) Tarif national + 0,05 €  Tarif national (pas de frais supplémentaires pour l’itinérance), dans la limite d’un usage raisonnable

Remarques :

  • L’eurotarif ne fixe pas le prix maximum des MMS.
  • Le supplément de prix par rapport au tarif national est  exprimé hors TVA. Pour la France, il faut ajouter 20% de TVA

 

Le prix du hors-forfait en roaming est-il le même pour tous les opérateurs ?

Dans le cas où une utilisation en roaming n’est pas comprise dans le prix de base de votre forfait, il sera facturé en hors forfait.

Si dans l’EEE (Espace Economique Européen) grâce à l’Eurotarif, les prix sont pratiquement  les mêmes entre opérateurs, pour les autres destinations, il peut y avoir de gros écarts. Il faudra donc consulter avec attention la brochure tarifaire de son opérateur pour ne pas avoir de surprise.

Par exemple le Mo de data (connexion internet) en hors forfait en déplacement aux USA est facturé par Free à 0,15€/Mo, par Bouygues Telecom à 0,54€/Mo, par RED de SFR à 7€/Mo, par SOSH à 13,31€/Mo

UE, EEE, zone Europe, Europe Proche, Europe Elargie, …

UEDifficile de s’y retrouver dans toutes ces appellations qui remplissent les brochures tarifaires des divers opérateurs. Il faudra toujours consulter la liste exacte des pays souvent renvoyée en petits caractères en note de bas de page.

Pour l’Union Européenne pas d’équivoque, elle comprend 28 États membres : Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Chypre, Croatie, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Italie, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Slovaquie, Slovénie et Suède.

Pour l’EEE : espace Economique européen pas de surprise non plus, il comprend en plus des 28 états membre de l’UE l’Islande, Liechtenstein et Norvège.

La seule certitude tarifaire concerne l’Eurotarif qui fixe le prix maximum pour les états faisant partie de l’EEE. Pour le reste, il faudra consulter avec attention le guide tarifaire pour s’y retrouver dans des découpages de zones spécifiques à l’opérateur comme : Europe proche, Europe Elargie, Europe 1, Europe 2, Europe 3,…

En particulier en frontière de la France, il faudra être vigilant avec la Suisse ou Andorre qui ne font pas partie de l’EEE. Ils sont donc susceptibles d’avoir une tarification spécifique, même s’ils font partie géographiquement de l’Europe.

Concernant le Royaume-Uni, pas de changement. Malgré le Brexit, le Royaume-Uni reste un pays de l’Union Européenne tant que son processus de sortie ne sera pas achevé (au minimum 2 à 3 ans). L’Eurotarif restera donc en vigueur pendant cette période pour le Royaume-Uni.

 

Bloquer ou limiter son usage à l’étranger

bloquerLa manière la plus simple de ne pas faire de hors forfait  à l’étranger est de ne pas prendre son mobile, ou alors de l’éteindre, ou encore de ne pas activer sa SIM pour ne garder que le smartphone avec sa fonction  Wifi.

Les appels téléphoniques et SMS restent sous contrôle de l’utilisateur lui laissant la capacité de gérer sa consommation, par contre le risque de hors forfait non contrôlé est souvent lié à la data, En effet la plupart des smartphones effectuent en standard et périodiquement en tâche de fond diverses synchronisations consommatrices de données. Les plus aguerris dans la configuration de leur smartphone  pourront désactiver ces synchronisations, mais le plus simple reste quand même d’utiliser l’option de désactivation des données, permettant de laisser son téléphone actif pour les appels et SMS mais inactif pour les données.

En complément, la plupart des opérateurs disposent d’une option « Voyage » permettant d’autoriser ou non l’usage de son forfait à l’étranger. Sur les nouveaux forfaits, même si cette option est généralement activée en standard,  il est souvent possible de la désactiver sur son espace client.

Les forfaits bloqués seront bien entendu épargnés de tout risque de hors forfait, et certains forfaits (comme le forfait Free) disposent de cette option « blocage de consommation » accessible dans leur espace client qui permet de bloquer ou débloquer le hors forfait à sa guise.

Pour limiter sa consommation de données, il est préférable de ne pas utiliser à l’étranger des services fort consommateurs de données : musique ou vidéo en ligne. Il est aussi plus intéressant d’utiliser les applications spécifiques pour les sites de nouvelles plutôt que de consulter les nouvelles à partir d’un navigateur.

 

Contrôler son usage à l’étranger

tableau de bordVotre espace client vous permettra de voir votre consommation, et de vous faire une idée de votre hors-forfait éventuel. Il sera bien entendu préférable de consulter à partir d’une connexion wifi ou de l’application spécifique de votre opérateur à télécharger sur le market.

Votre opérateur va reporter dans votre espace client des informations que lui fournira l’opérateur d’itinérance, cependant cette fourniture n’est pas temps réel, et il faut prévoir un délai d’environ 1H à parfois plus d’un jour avant que les informations de consommation de votre espace client soient à jour.

Votre opérateur doit vous envoyer un message lorsque vous franchissez une frontière au sein de l’UE, afin de vous informer du prix que vous allez payer pour effectuer et recevoir des appels, surfer sur internet ou envoyer et recevoir des messages. Cette obligation n’est que pour les pays de l’UE, même si en général les opérateurs l’appliquent dans tous les pays où ils ont des accords de roaming.

Depuis le 1er juillet 2012, les personnes qui voyagent hors de l’UE reçoivent également une alerte (sous forme de SMS, de courriel ou de fenêtre contextuelle) les informant que leurs frais d’itinérance ont atteint 50 euros, ou le plafond qu’elles ont préalablement défini.  Le problème est que  parfois cette alerte est reçue trop tard (où même n’est pas reçue). En effet compte tenu du différé  lié à la remontée d’information entre l’opérateur de roaming  et votre opérateur, votre consommation a pu exploser.

Périodiquement des consommateurs reviennent d’un déplacement à l’étranger avec des factures de plusieurs, milliers voire même dizaines de milliers d’euros, et même si la plupart des forfaits récents intègrent des clauses de blocage d’utilisation lorsque le montant de hors forfait atteint une limite de 50€ ou 60€ TTCn nous ne pouvons que vous conseiller, notamment dans les pays non soumis à l’Eurotarif, de surveiller de près votre consommation data, d’une part en limitant votre utilisation, d’autre part en utilisant les compteurs appels/datas du téléphone.

 

 

D’autres solutions pour minimiser la facture

 Utilisation d’une carte prépayée locale au pays : Cette solution généralement imbattable en terme de prix pour la plupart des pays hors Union Européenne et qui ne bénéficient pas de l’Eurotarif.  Cependant si vous êtes amené à recevoir des appels sur votre numéro habituel, il faudra quand même le laisser sous tension, et vous serez facturé sur les appels reçus.

Souscription d’une option internationale chez votre opérateur : La plupart des opérateurs historiques proposent des options internationales qu’on peut souscrire pour un ou plusieurs mois. Ces options proposent des prix plus intéressants que le tarif hors forfait pour le quota de communication qu’elles proposent, mais il faudra quand même vérifier en fonction de la consommation estimée que l’on aura. Il ne faudra pas oublier de résilier cette option lorsqu’on en aura plus besoin.

 

Quelque pièges liés au roaming

Lignes maritimes

ferryVous  avez prévu une traversée en ferry entre la France et l’Angleterre,  ou  encore entre la Corse et l’Italie, ou entre Marseille et la Corse, etc. Vous avez un forfait incluant le roaming data dans ces pays, et laissez donc les data activées. A peine le ferry en mer vous vous assoupissez, et à votre réveil vous trouvez sur votre mobile un SMS indiquant que vous avez dépassé le quota de hors-forfait autorisé. Que s’est-il passé ?

Dès que vous dépassez la distance de deux milles marins d’un état côtier vous êtes susceptibles de basculer sur les MVC (services de communications mobiles à bord des navires) si votre navire en est équipé.  Les soucis est que ce service n’est pas inclus dans votre forfait de base, et sera facturé hors forfait. De plus son tarif n’est pas réglementé et les opérateurs de services MVC appliquent souvent des prix excessifs (de l’ordre de 10€ le Mo). Les quelques Mo échangés par les diverses applications  tournant en tache de fond sur votre téléphone viendront vite à bout des 50€ de hors forfait au-delà desquels votre opérateur est susceptible de bloquer votre ligne.

En fait lors du passage en itinérance sur le service MVC du navire, un SMS vous est envoyé pour indiquer les tarifs, et il faut mieux être vigilant et arrêter son téléphone immédiatement, car même la réception d’un appel vous sera facturée à un prix élevé (environ 2 euros/minutes)

 

Andorre & Suisse

AndorreEn transit de la France en Espagne, vous passez par Andorre au cœur des Pyrénées. Pas de problème votre forfait mobile dispose de roaming pour l’Union Européenne, et même si vous n’avez pas de roaming inclus, l’eurotarif permet de se prémunir d’un hors-forfait trop important. Vous profitez de votre séjour à Andorre pour passer quelques heures dans la ville, et consultez votre internet mobile pour voir les visites, et les restaurants conseillés, et vous n’avez pas pris garde au SMS d’information car vous en avez déjà reçu plusieurs en passant à divers endroits entre la France et l’Espagne.

Là encore il est possible que très rapidement vous receviez un SMS de dépassement de hors-forfait et un blocage de votre ligne. En effet Andorre n’étant pas dans l’UE, ni l’EEE votre opérateur n’a  pas obligation d’appliquer l’Eurotarif.  Par exemple Free inclus bien le roaming Espagne dans son forfait, mais pas le roaming sur Andorre et celui-ci est facturé en hors forfait au prix fort comme par exemple 0,70€ l’envoi de SMS, ou encore 16€ le Mo d’Internet.

Le même problème existe bien entendu avec la Suisse qui dispose souvent d’une tarification spéciale.

 

Mode modem ( tethering )

modemodemEn voyage à l’étranger, vous avez pris votre micro-ordinateur portable (ou votre tablette) que vous utilisez habituellement en connexion Wifi. Le manque de wifi vous pousse à utiliser le mode modem de votre téléphone (transformant votre smartphone en point d’accès wifi). Pas de problème, vous disposez de plusieurs Go en roaming dans ce pays. Vous découvrez que votre opérateur vous a facture la data. Pourquoi ? Certains opérateurs ou certains forfaits excluent les usages en  mode modem qui sont facturés en hors-forfait.

 

Forfait Pro

Certains opérateurs proposent des forfaits dits professionnels. Ceux-ci sont gérés dans le cadre d’une flotte pour les sociétés ou proposé à titre individuel à des artisans, autoentrepreneurs, TPE,…

Le problème est que souvent les conditions tarifaires ne sont pas bien connues des utilisateurs dans le cas d’une flotte de mobile par exemple. De plus les seuils d’alertes peuvent avoir été paramétrés différemment des forfaits grand public (50€), l’opérateur considérant que le professionnel ne souhaite pas avoir sa ligne coupée lors d’un déplacement à l’étranger.

On ne peut donc que conseiller la prudence à tous ceux qui utilisent à titre privé leur forfait professionnel à l’étranger. En effet votre patron peut vous reprocher cet usage d’autant plus si la facturée est salée, de plus dans les cas d’artisans de TPE, autoentrepreneurs l’administration fiscale pourrait avoir à requalifier cette usage comme avantage en nature.

 

Forfaits anciens

Si un opérateur comme Free Mobile aligne systématiquement tous ses clients sur les mêmes niveaux de prestations et de tarifs, ce n’est pas le cas de tous les opérateurs. Les forfaits souscrits il y a quelques mois et a fortiori quelques années peuvent être établis avec des grilles tarifaires différentes de celles d’aujourd’hui. Le problème est que souvent le consommateur n’a plus les tarifs  qui lui sont appliqués et interprète parfois certains usages à l’étranger par rapport à la grille tarifaire actuelle. On ne pourra trop leur conseiller de se rapprocher de leur service client qui éventuellement pourra les informer sur les tarifs en roaming. En fonction de ces tarifs, ils pourront décider de passer sur un autre forfait, ou souscrire pour un ou deux mois un forfait sans engagement incluant du roaming.

 

Appels illimités inclus

voIpPlusieurs forfaits proposent dans leurs descriptions plusieurs Go de Data utilisables en roaming ainsi que les appels et SMS illimités inclus. Cependant un petit astérisque vous indique que ces appels et même parfois les SMS illimités se font grâce à une application de VoIP (Voix sur IP) qu’il faudra installer sur le téléphone.  Bien entendu certains téléphones ne seront pas compatibles avec cette  application et vous ne pourrez pas bénéficier de ces appels inclus. D’autre part cette application de  VoIP utilise soit du Wifi si disponible, soit la data diminuant d’autant  votre quota de data à l’étranger.

Ces applications ne permettent que de faire des appels sortants, si quelqu’un vous appelle sur votre numéro de mobile alors que vous êtes à l’étranger, l’application ne vous sera d’aucune utilité et vous serez facturé en hors forfait sur le tarif d’une réception d’appel en roaming.

Il y a donc lieu d’étudier précisément la mention  « Appels illimités inclus » de votre forfait, pour savoir si ceux-ci se font directement sur le téléphone, ou si cela nécessite l’ajout d’une application dédiée. La préférence allant bien entendu aux forfaits qui proposent nativement l’émission et la réception d’appels sans devoir installer d’application tierce.

Par exemple :
le Forfait Free à 19,99€ propose des appels illimités dans ses pass destination sans avoir besoin d’installer une application donc accessible à partir de tout téléphone aussi bien en émission qu’en réception, Le forfait SOSH à 24,99€ propose en inclus les appels au travers de l’application Libon qu’il faut installer (Android et IoS), et la réception d’appels restant hors-forfait.

À lire aussi :

Comments closed.